L’erreur humaine

Publié le
Temps de lecture : 3 minutes

Un petit pas pour la musique, un pas de géant pour Jone : première esquisse de son en ligne! Joies et youpis!

Dans l’abîme du doute

On ne va pas se mentir, ce morceau ne brille pas par sa complexité musicale. Au contraire, j’ai passé mon temps à essayer de le rendre plus « intéressant musicalement », en testant des rythmes bizarroïdes, des accords à plus de 4 sons, des enchaînements mineurs harmonico-je-n’sais-quoi… Et quand j’étais bien perdu dans mes tests musicaux plus théoriques que pratiques, je jetais tout à la poubelle et reprenais du début, en évitant de réfléchir et laissant parler la musique sur les paroles. Je me suis rendu compte à la fin que la seule chose qui comptait, c’était ce crescendo de tension du premier au dernier couplet, et la résolution de cette tension sur la sortie. Tout le reste n’est que fignolage, masturbation musicale n’apportant rien au morceau.

Ce doute « musical » s’alliait à un doute plus dangereux encore, celui du « à quoi bon tout ça? », « est-ce vraiment ça ce que je veux faire? », « Pourquoi la vie? », « Qu’est-ce que l’univers? ». Et c’est celui-là que j’ai eu le plus de mal à surmonter, et qui m’a fait perdre autant de temps. Chaque échec d’enregistrement, de composition de mélodie me faisait l’effet d’un poing dans la gueule qui me rappelait que j’allais bientôt avoir 30 ans et que je n’avais jamais rien fait de présentable musicalement de toute ma vie. Cela valait-il vraiment la peine d’insister? Je devais faire un effort assez éprouvant pour aller rechercher cette énergie qui m’avait lancé sans hésitation en décembre dernier sur la voie de l’écriture/composition.

Qu’est-ce que ça raconte?

Ce morceau parle de la frustration que l’on peut ressentir quand on se lance dans une voie un peu moins « conventionnelle ». Pas uniquement les voies artistiques; toutes celles qui s’éloignent de la culture et de l’éducation que l’on a reçues. L’erreur humaine, c’est de renoncer à ses rêves pour suivre un chemin plus raisonnable, confortable. Une erreur que l’on fait tous, mais on la perçoit comme une bonne décision : on est formaté pour ne pas suivre nos propres choix, mais pour les adapter à ce que la société attend de nous. Si tu veux faire de la musique, étudie au conservatoire et deviens prof, au moins tu auras une source de revenus et tu pourras vivre de ce que tu aimes. Tu aimes écrire? Fais des études de lettre ou de philo, tu auras au moins une légitimité dans le domaine. Des compromis qui au final te font renoncer à l’essence même de ton projet : faire, créer quelque chose et le partager. Que se passe-t-il si tu n’aimes pas enseigner? Si tu n’aimes pas la fac et sa méthodologie moisie qui t’apprend principalement que tu es nul, au mieux passable si tu ne sacrifies pas ta vie à suivre les enseignements de professeurs pas toujours légitimes? Et bien tu n’étais pas fait pour ça. Trouve autre chose. Va chez MacDo, ils recrutent. T’as raté. T’es un raté.

Au fond, la sortie des refrains et du morceau est assez pessimiste, même si je ne voulais pas autant faire ressortir cette idée de reddition face à la vie. Si tu peux te visualiser luttant pour rester debout au milieu d’un chaos incontrôlable, tu auras l’idée juste de ces refrains. Il n’est pas question de renoncer à suivre ta voie, mais plus de constater que parfois, le monde entier semble contre toi, et qu’il faut lutter pour continuer à avancer.

Un morceau responsive et évolutif

Je tiens absolument à pouvoir adapter Jone à tous types de scènes (petites, grandes, unplugged), et à tous types de formation (seul, en duo ou en groupe). J’ai n’ai pas écrit de partie basse et batterie, préférant laisser ce travail aux futurs batteurs et bassistes qui voudront m’accompagner. Et parce qu’à trop vouloir en faire je me rends vite compte de mes propres limites.

Et si ce morceau est présentable sous sa forme actuelle, il connaîtra à n’en pas douter d’autres évolutions qui lui donneront une toute autre portée, selon les gens qui accepteront de travailler avec moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.