Je voudrais sortir ce qui me brûle à l’intérieur
Ne plus être esclave des passions et colères
Et trouver une lumière pour guider cette vie
Pour qu’au bout de nos peines, on puisse enfin en rire
Je voudrais être grand, offrir mes ailes à la nuit
Devenir l’offenseur des réalités filtrées
Je crois en celui qui ne croit plus en lui
Pour retrouver le feu de nos amours sacrées

Et ce Diable qui me prend au corps
Sera la lumière qui me mène à bon port
Je ne suis plus l’esclave de mon vague à l’âme
Du poids de mes chaînes et de leur mélodrame

Je veux voir en face le froid comme la glace
Faire vibrer mes tripes et ce quoi que l’on en pense
Je veux battre le rythme de mes racines animales
Et de mes cornes de bois, je crèverai le normal
Je laisserai la bête mettre mon corps à nu
Et que le vent m’emporte hors des sentiers battus
Au revoir le banal, et bonjour la folie
Il n’y que dans le noir que la lumière brille

Il n’y a que dans le noir que la lumière brille
Il n’y a que dans le noir que la lumière brille

Je deviendrai le Diable qui prend tout à cœur
D’un rire moqueur face aux mensonges et aux peurs
J’envelopperai les ombres de ma flamme divine
Je serai celui qui dit « non! », libre de tout Evangile

Je serai celui qui dit « non! », quoi qu’en dise l’Evangile
Je serai celui qui dit « non! », même s’il faut que je brûle

Je serai celui qui dit « non! », même s’il faut que j’en brûle

Le Diable au corps (Photo : @xcart.cst)

Share: