On continue à explorer le passé avec ces deux vidéos postées en mars 2016! Toujours dans les exercices de base, mais pas trop quand même, j’avais trouvé ces deux exercices dans le « 30 hours workout de Steve Vai » (toujours lui!). De quoi choper une belle ampoule au majeur…

Le tapping pour les nuls

Le tapping, ça en jette vraiment plein la vue! C’est rapide, impressionnant à voir, ça fait guitariste solo rock qui domine… Et j’avoue, je kiffe les plans des maîtres dans le domaine, du style Eddie Van Halen et Nuno Bettencourt. Le premier parce que c’est lui qui a popularisé cette technique à la guitare, et le second, parce que… Parce que j’aime bien quoi.

Mais au fait Jamie, le tapping, c’est quoi?

C’est une technique qui consiste à jouer une note avec un doigt de la main rythmique (celle qui gratte les cordes), en tapant sur la corde à l’endroit de la note voulue. Et du coup, en associant ce geste à des hammer-on et pull-off de l’autre main, on peut faire des jolis legatos. Pour faire vite fait le tour des définitions :

  • Le hammer-on, ou ham-on pour les intimes : tu joues une première note, et d’un coup, comme ça, sans prévenir, t’en joues une deuxième plus haute en la « frappant » d’un doigt de la main du manche. Et cette deuxième note, tu la joues sans gratter la corde avec la main rythmique.
  • Le pulling-off, ou pull-off pour les rebelles, c’est le contraire : tu joues une première note genre normal, tout va bien, mais soudainement, clac! tu relâches le doigt en tirant sur la corde (plus ou moins fort selon la guitare) pour faire résonner une note plus basse, préalablement choisie par un autre de tes doigts de la main du manche. Toujours sans utiliser la main rythmique.
  • Et quand on parle de legato à la guitare, « lié » en langue pizzapastacalciomafia (bonjour cliché! Quoi de neuf depuis le temps?), on désigne le fait de jouer un enchaînement de notes sans gratter les cordes de la main rythmique.

Qui a eu cette idée folle?

Comme je disais plus haut, c’est Eddie Van Halen qui a popularisé cette technique à la fin des années 70, avec entre autre le titre désormais mythique « Eruption » (jumpe direct à 2min40 pour voir comment ça tappe chez Eddie) :

Après, de là à dire qu’il l’a inventée, c’est déjà une autre histoire. Et plus je me renseigne sur le sujet, plus je vois défiler des noms, plus ou moins connus : Dave Bunker, Jimmie Webster, Peter Punin, Merle Travis, Emmett Chapman, etc. En fait de cette liste non-exhaustive, je ne connais que Merle Travis. Mais bon, les autres parfois jouaient sur des guitares tellement moidifiées qu’elles ne devraient même plus s’appeler « guitare ».

 

A côté de ça, on ne peut pas nier que le fait de taper une note pour la jouer sur un instrument à cordes ne date forcément pas de l’invention de la guitare électrique. Du coup, ça ne vaut pas vraiment le coup de se casser la tête à trouver qui qu’a le plus de mérite dans l’histoire.

Toutes façons on s’en fiche, c’est une technique de chevelus

Par chevelu, j’entends rockers, métalleux et autres adorateurs de musique diabolique.

Mais en fin de compte une technique n’est jamais affiliée à un seul style, et c’est dommage d’en mettre certaines de côté en les cataloguant comme ça. Tout dépend des notes que tu choisis, du rythme, du tempo, sans oublier la guitare elle-même…

Un exemple d’initiation de tapping à la guitare acoustique avec Pierre Bensusan :

Un peu d’exercice?

Exercice 1

Le premier exercice de ces vidéos, j’avoue, ça m’a fait plaisir de le voir dans cette méthode de Steve Vai. C’est un des premiers que m’a donné mon premier prof de guitare pour développer le tapping. C’est d’ailleurs en suivant ses conseils que je choisis de garder le médiator entre le pouce et l’index, et de taper les cordes avec le majeur et l’annulaire (parfois avec l’auriculaire, mais il est un doigt plus balèze à contrôler celui-là) (hahaha). En théorie il n’est pas bien compliqué, on joue le premier plan de la gamme pentatonique mineure avec la main sur le manche, et le troisième plan en tapping. Le plus important, et du coup le plus balèze, c’est de garder le rythme et de bien viser la bonne corde, en étouffant les autres pour éviter les vibrations non-désirées.

Tapping #1 : La mineure pentatonique

Tapping #1 : La mineure pentatonique

 

Exercice 2

Celui-ci est déjà un cran de difficulté au-dessus, parce qu’il implique un déplacement en diagonale sur le manche. Mais du coup, c’est une bonne approche pour briser ce réflexe qu’on a parfois de jouer trop vertical (de la corde grave à la corde aigüe, et vice-versa, mais toujours au même endroit du manche). De fait, il faut faire attention à bien viser à chaque changement de cordes, d’une main comme de l’autre, surtout au passage à la corde Si. Le bonus, c’est qu’on bosse en même temps sur un plan de gamme diminuée!

Tapping #2 : La diminuée

Tapping #2 : La diminuée

 

Pour aller plus loin…

Si tu veux encore plus d’exercices chelous pour les doigts, jette un oeil à la version complète du Steve Vai’s Guitar Workout! J’étais tombé sur un site à l’époque qui partageait tout en pdf, mais il n’est plus en ligne aujourd’hui… Dure la vie de pirate du web en 2016!

Steve Vai's Guitar Workout

Steve Vai’s Guitar Workout

Share: